Centre de traduction littéraire et Collège de traducteurs Looren


Prix spécial de médiation 2019

Centre de traduction littéraire et Collège de traducteurs Looren

Promouvoir la traduction, c’est promouvoir les relations entre les littératures, inventer leurs points de contact, provoquer des étincelles et libérer leurs énergies respectives ; et c’est plus. C’est aussi promouvoir la joie des langues, envisager leurs résistances et leurs hospitalités. C’est promouvoir une écriture en constante évolution, urgente, belle, créative.
Le Prix de médiation est, cette année, décerné conjointement à deux institutions qui, depuis deux rives linguistiques en Suisse, promeuvent la traduction : le Centre de traduction littéraire à Lausanne et le Collège de traducteurs Looren à Wernetshausen.
Le CTL a été fondé lorsqu’en Europe tombaient des murs, en 1989. Depuis, inlassablement, par un important programme de lectures, de rencontres, d’enseignements et d’éditions, le CTL a rendu visible autant pour les actrices/acteurs de la littérature eux/elles-mêmes, que pour les chercheurs/chercheuses, les étudiant.e.s et pour le grand public cet art longtemps ignoré ou marginalisé. Il s’attache à en montrer l’importance, à en penser les enjeux et à en explorer les richesses et les plaisirs.
Le Collège de traducteurs Looren, avec sa maison, sa bibliothèque, ses espaces de travail et de partages, les formations, les bourses et les événements qu’il organise constituent un lieu exceptionnel et désormais indispensable aux traductrices et traducteurs littéraires issus de tous les horizons. Elles/ils y trouvent un cadre riche pour se former, se documenter, tisser des liens et, bien sûr, pour écrire. Le Collège est ainsi à la fois un lieu de création et de rencontre offrant aux traductrices et aux traducteurs un contexte irremplaçable pour expérimenter, penser et renouveler leur pratique.
En décernant le Prix suisse de médiation au CTL et au Collège de traducteurs Looren, le jury entend récompenser leur travail pionnier pour la promotion de la traduction littéraire, et donc plus, le plus que ces institutions donnent à penser : un engagement pour une littérature curieuse, variée et en constante réinvention par la traduction – pour une littérature vivante.